Traduire le cancer 3

- October 16, 2018

Voici le troisième article de la rubrique « Traduire le cancer » ! Cette rubrique a pour vocation de traduire des concepts issus d’articles traitant du sujet du cancer, sous-domaine dans lequel je me spécialise au fur et à mesure de mes différents projets et de mes formations.

Malgré l’existence et l’utilisation de plusieurs marqueurs prédictifs du mélanome, cela fait plusieurs décennies que l’incidence mondiale et les taux de mortalité augmentent. Il est donc essentiel de trouver de nouveaux marqueurs prédictifs du mélanome. Cette étude a pour ambition de repérer de nouveaux biomarqueurs pronostiques afin de mieux reconnaître les cas de mélanome à haut risque et de pouvoir mettre au point de nouvelles cibles pour le traitement.

Voici le lien vers l’article concerné : http://www.jcancer.org/v09p3078.htm Sikora M, Rudnicka L, Borkowska B, Kardynał A, Słowińska M, Rakowska A, Warszawik-Hendzel O, Wiergowska A, Ługowska I, Rutkowski P, Dębniak T, Lubiński J, Olszewska M. Genetic polymorphisms may influence the vertical growth rate of melanoma. J Cancer 2018; 9(17):3078-3083. doi:10.7150/jca.26404.   « Genetic polymorphisms may influence the vertical growth rate of melanoma Background: Identification of new predictive markers in melanoma is of great clinical importance. This study was aimed to analyze association between selected common variants in the cancer susceptibility genes and melanoma progression at the time of diagnosis. »  

  • vertical growth rate

L’adjectif « vertical » concerne t-il « growth » ou « rate » ? L’article suivant de Jean-Christophe Fricain, Matthieu Meyer, Sylvain Catros et Thomas Jouary https://www.jomos.org/articles/mbcb/pdf/2010/03/mbcb100022.pdf nous donne une explication : « Le MMB, comme le mélanome cutané, évolue en deux phases : une phase de croissance horizontale (mélanome in situ) puis une phase de croissance verticale (mélanome invasif). » Je traduis donc « vertical growth rate » par « taux de croissance verticale ».  

  • identification

Je considère ce terme comme un faux-ami. La définition française d’« identifier » étant la suivante : « action d’identifier, d’assimiler une personne ou une chose à une autre ». Or, le sens du terme anglais « identification » dans ce contexte se rapproche plus de « trouver », « repérer » ou « détecter ». Voici ma proposition de traduction pour le titre et le paragraphe « background » : « Les polymorphismes génétiques peuvent influer sur le taux de croissance vertical du mélanome Contexte : sur le plan clinique, il est extrêmement important de trouver de nouveaux marqueurs prédictifs du mélanome. L’objectif de cette étude était d’analyser les liens entre certains variants des gènes de susceptibilité au cancer et la progression du mélanome au moment du diagnostic. »  

  • melanoma staging

Pour traduire ce terme, il faut déjà connaître la différence entre grade et stade. La société canadienne du cancer propose l’explication suivante :

  • « Le grade du cancer se fonde sur l’apparence des cellules cancéreuses. […]Plus ce numéro est élevé, plus l’apparence des cellules cancéreuses est différente de celle de cellules saines et plus leur croissance est rapide. »
  • « Le stade du cancer permet aux médecins de savoir quelle quantité de cancer il y a dans le corps, où il se trouve et à quel point il s’est propagé. […] Le cancer peut se propager à l’intérieur de l’organe dans lequel il a pris naissance, aux ganglions lymphatiques avoisinants ou à des sièges éloignés. […] Plus le numéro du stade est élevé, plus la taille de la tumeur ou l’étendue de sa propagation est grande. »

Dans notre cas, il s’agit donc bien du stade. Dans son Dictionnaire des difficultés du français médical, Serge Quérin (Maloine, 2006) propose stadage, stadation et stadification. C’est ce dernier terme, stadification, qui semble le plus employé dans la littérature médicale. Je traduis donc par « stadification du mélanome ».  

  • Clark level

Ce terme se traduit en français par « niveau de Clark ». Le site www.arcagy.org donne l’explication suivante : « Le niveau d’invasion est basé sur le concept de franchissement de barrières anatomiques. Cette classification permet de définir 5 stades, dénommés Clark avec un chiffre allant de I à V. »  

  • Nucleotide excision repair system

J’ai trouvé la traduction de ce terme grâce à un document du site de l’Université Lyon I : « système de réparation par excision de nucléotides » « Plusieurs systèmes de réparation existent dans nos cellules. Les plus importants (qui éliminent la majorité des lésions) font appel à la réparation par excision de la lésion. Il s’agit du système de réparation par excision de base ou BER, qui va réparer des lésions de bases mineures, et du système de réparation par excision de nucléotides ou NER qui excise et répare des lésions plus importantes entraînant des distorsions dans la molécule d’ADN. » Source : https://lyon-sud.univ-lyon1.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1320397715039  

  • Breslow thickness

« Alexander Breslow était un anatomopathologiste américain né en 1928 et décédé le 20 juillet 1980. Il est à l’origine de l’indice de Breslow qui est une mesure de l’épaisseur du mélanome qui permet de mieux en connaitre le pronostic de ce cancer. » Source : http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/76773   Les termes « Breslow thickness » et « Breslow depth » sont utilisés dans l’article. En français, il semble également y avoir plusieurs formes : – indice de Breslow – épaisseur de Breslowépaisseur selon Breslowépaisseur tumorale (suivie de « Breslow < 1 mm » par exemple)  

  • Fitzpatrick skin phototype

En 1975, Thomas B. Fitzpatrick a mis au point le concept de phototypes selon la couleur de la peau et les réponses (brûlure et bronzage) à l’exposition au soleil. Dans la littérature médicale française, ce terme est utilisé ainsi : – phototype selon Fitzpatrickphototype clair (Fitzpatrick I/II)   Voici la traduction de la phrase dans laquelle ce terme est utilisé : « Since XPD gene plays an important role in the removal of UV-light-induced DNA damage we investigated correlations between XPD D312N polymorphisms and Fitzpatrick skin phototype, melanoma location (sun-exposed areas vs sun-hidden locations), number of melanocytic nevi or sunburns in anamnesis. » Comme le gène XPD joue un rôle important dans le retrait des lésions de l’ADN provoquées par les rayons UV, nous avons recherché des corrélations entre les polymorphismes XPD D312N et le phototype selon Fitzpatrick, l’emplacement du mélanome (zones exposées au soleil ou emplacements non exposés au soleil) et le nombre de nævus mélanocytaires ou de coups de soleil dans l’anamnèse.   Trouvez-vous ces remarques pertinentes en tant que traducteur ou linguiste ? Êtes-vous intéressés par la traduction des documents relatifs au cancer ? Votre entreprise a-t-elle besoin de tels services ? Merci de votre intérêt et rendez-vous d’ici peu pour le quatrième volet de Traduire le cancer par MedPharmaTranslator.

Vous aimez cet article ? Vous voulez savoir quand de nouveaux articles sont publiés sur le blog ? Pour cela, inscrivez-vous à la lettre d’informations de MedPharmaTraduction en cliquant ici pour recevoir des conseils en traduction médicale et des informations sur les conférences en oncologie.

Written by admin

Comments: 2

Leave a Comment